presse Articles | Images haute résolution

ARTICLES DE PRESSE
Liste non exhaustive des articles faisant mention du travail de Valentine Dubois parus dans la presse.

Septembre 06 | L'impartial
"Le bijou joue la géométrie"
> Voir l'article original

Octobre 04 | Femina
"L'art du pliage.
Pour expliquer son travail, elle parle de «construction autour du vide, de volumes dépouillés, d'oscillation et de mobilité autour du cou...». Valentine Dubois crée principalement des pendentifs qui lui laissent une grande liberté, la question du socle se trouvant «inversée» par la mise en suspension, ce qui lui permet de s'adonner pleinement à l'art du pliage. A sa technique parfaite, à son expérience professionnelle auprès d'Esther Brinkmann à Genève et à ses séjours en Asie du Sud-Est s'ajoutent la rigueur géométrique et quelques interrogations existentielles non dénuées d'humour. La légèreté ici n'est qu'apparente."
> Voir l'article original

Avril 04 | Profil Femme
"Captivée par l'architecture, nourrie par de nombreux voyages en Asie, desquels elle a tiré une substance pure et essentielle, Valentine Dubois, bijoutière, travaille principalement l'argent. Blanchie ou noircie au soufre, la matière est taillée dans une déclinaison de formes nettes, issues pour la plupart du carré ou du cercle.
Ces pliages racés, dansants, se balancent depuis un câble en acier inox, oscillent avec vos mouvements. Cette recherche minimaliste est pourtant totalement sensuelle, habitée par la tension des lignes, l'exactitude des courbes.
L'artiste a aussi exploré la légèreté de l'acier médical dont elle a extrait des multitudes de maillons assemblés en foisonnants sautoirs, colliers, bracelets. L'étonnante densité apportée par le vide emprisonné dans ces maillons à la tension spatiale est fascinante."
> Voir l'article original

04 | Gold'or
"Elle vient d'emménager dans un appartement qu'elle a entièrement rénové elle-même. Petit, blanc, lumineux, presque encore vide. Pas le moindre luxe. Un essentiel que défend Valentine Dubois: «Je vis très simplement: j'assure un minimum vital avec des remplacements comme prof de dessin et de travaux manuels. Je pose comme modèle, et j'accepte quelques commandes privées en bijouterie. A La Chaux-de-Fonds, on trouve encore des appartements bon marché, il suffit de retaper... et je n'ai pas de voiture. Ce sont les conditions que j'accepte pour créer les bijoux qui m'intéressent. Je refuse la voie commerciale.» Voilà qui est clair et net... et néanmoins empreint de ces contradictions dans lesquelles se débattent tous les artisans et artistes qui écoulent des pièces rares exigeant une recherche personnelle, à des prix qui écartent les amateurs de belles choses, s'ils n'ont pas la poche sonnante et trébuchante.
Car payer 900 francs pour un bracelet en inox, fût-il unique, original, ludique, n'est pas à la portée de chacun. «Il y a des gens qui dépensent beaucoup pour des tableaux ou pour leur voiture, rétorque Valentine Dubois, pourquoi ne pas investir dans les bijoux contemporains?»
Bonne question!

Variations sur des formes simples
«Je crée à partir du carré ou du cercle, explique-telle, je réalise des variations sur ce thème. Je travaille sur les volumes, j'épure, il n'y a pas de pierres, c'est une recherche minimaliste.» Pas de compromis, tel est le défi. Les pièces de Valentine Dubois séduisent les collectionneuses, les femmes qui apprécient 1'originalité: «On me dit parfois que je réalise de belles choses, mais on n'imagine pas pouvoir les porter!» Ses colliers sont si sobres. si simples et si raffinés qu'ils n'ont nullement l'air de bijoux, mais plutôt de petites sculptures. Or installés sur le corps, ils semblent curieusement prendre forme, comme si la femme qui les arborait révélait leur part d'esthétique dissimulée au premier regard. Idem pour les boucles d'oreilles ou les broches, qui paraissent muettes sur une table, humbles morceaux de métal. et qui brusquement, confrontées à la vie de celle qui les enfile, jouent sur le corps la carte de la beauté austère.
Certes, il faut aimer ces objets à la frugale géométrie, en argent blanchi ou noirci. On ne rigole pas, parée d'une création signée Valentine Dubois, on affiche une élégance dépouillée, elle-même précise «audacieuse». Une finesse qui s'impose à rebrousse-poil d'une époque déjantée: «Souvent, ce sont des artisans ou des bijoutiers qui achètent mes pièces dans les expositions! » Car si la vente n'est pas facile, les spécialistes ne s'y trompent pas: «J'ai envoyé, sans être présentée auparavant, un dossier à Munich pour Schmuck 2002 (une expo importante en Allemagne). J'ai été sélectionnée et à partir de là, une Américaine a décidé de défendre mon travail aux Etats-Unis.» Et hormis les collectives, Valentine Dubois reçoit des propositions d'expos personnelles. Elle soigne pourtant peu son image. En 2002, ne pouvant plus créer, elle file huit mois seule au Vietnam, Laos, Malaisie, Thaïlande: «J'ai fait 6000 km à bicyclette, je vivais avec 10$ par jour.» Sous son apparente réserve, la jeune femme suit un chemin de vie très personnel, très engagé dans sa voie à elle: fille d'une bijoutière, elle ne voulait pas entendre parler de bijoux. Et puis à l'Ecole d'art qu'elle a suivie a La Chaux-de-Fonds, elle a«découvert un monde que je n'imaginais même pas». Néanmoins, diplôme en poche, elle part monter un jardin d'enfants au Bhutan. C'est là qu'elle comprend que sa vie passait par les bijoux. Elle rentre et complète sa formation pratique à Bienne puis à Zürich chez un bijoutier classique: «Quand je recevais les clients, très riches, ils ne me saluaient même pas! Je suis tout de même restée trois ans, j'étais là pour apprendre mon métier» Ensuite, elle passe quelques mois chez Esther Brinkmann, enseignante à l' Ecole supérieure des arts décoratifs de Genève: «Elle m'a libérée, je me suis remise à la création, souligne Valentine Dubois, avec elle, j'ai pu explorer une idée que j'avais: développer un produit semi-industriel, mais c'était très cher, j'en ai fait des pièces uniques en inox. Quand elle a organisé au Musée d'Art et d'histoire de Genève en 2002 une exposition sur les bijoux du XXe siècle, elle m'a invitée, ça m'a fait très plaisir.» Valentine Dubois ira encore travailler plusieurs mois à Paris, avant de revenir à La Chaux-de-Fonds en 2000, avec une escapade asiatique.
Créatrice et sportive, la Neuchâteloise apprécie de vivre à La Chaux-de-Fonds. A deux pas de chez elle, la nature l'accueille, elle court, elle grimpe, l'imagination libérée."
Auteur: Bernadette Richard

Juillet 02 | Annabelle
"Valentine Dubois aus La Chauxde-Fonds war dieses Jahr die einzige Schweizer Teilnehmerin, die an der Münchner Sonderschau «Schmuck 2002» teilnehmen durfte - einer Auswahl der internationalen Elite. Für ihre Collier-Anhänger verwendet Dubois runde oder quadratische Bleche aus verschiedenen Metallen. Diese schneidet sie wie Papier und knickt oder biegt sie dann in geometrische Formen. Versteckte Nieten halten die Werke zusammen. Dubois' Arbeiten gibts in der Schmuckgalerie Zebra, Junkerngasse 32, 3011 Bern, Tel. 078 649 24 72, und bei Caractère in Neuenburg."
> Voir l'article original

Juin 02 | Femina
"Le bijou, chez Valentine Dubois, est mouvement. Fait de matériaux simples et légers, papier, alu, acier médical auxquels s'ajoutent de l'argent ou de l'or, il pivote, rétrécit ou s'allonge. Ce choix de combinaisons multiples permet d'en modifier à son gré le rythme et l'apparence. Née en 1972 à La Chaux-deFonds où elle a suivi les cours de l'Ecole d'arts appliqués et où elle vient d'ouvrir son propre atelier, elle a pratiqué son métier à Bienne, Fribourg et Zurich tout en se
perfectionnant à l'Ecole des arts appliqués de Genève sous la direction d'Esther Brinkmann.
A Aigle, elle présente une collection de colliers, broches, bagues et bracelets aussi surprenants que ludiques."

Avril 02 | Zürichsee-Zeitung
Mention d'exposition

Février 02 | Formforum
"...Schwarz/weiss gehts weiter bel Valentine Dubois. Die Künstlerin aus der welschen Schweiz arbeitet vorwiegend mit Silber und Stahl. Die Anhänger an den feinen Silberdrähten dürften mit dem Körper in ständiger Bewegung sein; mal weisen sie elementare Formen auf wie Kreise oder vier schwarze Quadratplättchen; andere wieder erinnern an Blütengebilde, sind sanft gerundet, verspielt gefaltet. Besonders schön sind auch die Glieder-Colliers, gefertigt aus Dentalstahl, die sich auf einem einfachen dunklen Kleid äusserst apart ausnehmen müssten..."

Décembre 01 | L'express
Mention d'exposition

Novembre 01 | L'Impartial
"...Valentine Dubois, est une créatrice contemporaine qui monte. Seule participante suisse, elle vient d'être sélectionnée pour la Foire internationale de la bijouterie Munich, du 14 au 20 mars 2002, où elle se retrouvera en compagnie des 64 plus grands bijoutiers du monde, provenant de 23 pays. Elle est aussi invitée à Genève, pour une exposition au Musée d'horlogerie en mai prochain..."

Juillet 01 | Hochparterre
Mention d'exposition

Février 01 | Formforum
Mention d'exposition

Novembre 00 | www.abondance.ch
"...Le bijou est changement, mouvement. Il s'articule, pivote, rétrécit ou s'allonge. Visiblement, Valentine Dubois prend du plaisir à proposer des objets surprenants, ingénieux, ludiques et permettant à leur futur propriétaire d'en modifier le rythme et l'apparence à son gré..."
Mention d'exposition

Novembre 00 | L'impartial
Mention d'exposition



IMAGES HAUTE RESOLUTION
Des images haute résolution pour vos besoins d'impression seront prochainement disponibles ici. Dans l'intervalle, si vous aviez besoin d'images en haute définition, vous pouvez les demander à l'aide du formulaire de contact.

© Valentine Dubois. tous droits réservés | réalisation dysko